L’objectif est de voir dans le viseur de son smartphone (ou de sa tablette, c’est encore mieux) le projet éolien en surimpression du paysage, en réalité augmentée. On peut ensuite prendre des copies d’écran (ou screenshots) et fignoler l’aperçu des éoliennes pour aboutir à un photomontage complet.

L’idée de départ est simple : un smartphone sait reconnaître sa localisation et son orientation dans l’espace. Connaissant les coordonnées des éoliennes, on peut donc les « placer » dans le paysage que le photographe aperçoit. On a également accès aux caractéristiques optiques de l’appareil, ce qui permet de représenter ces éoliennes avec une taille apparente correcte et de les situer en altitude en cohérence avec les autres éléments du paysage.

Bref, en théorie tous les éléments nécessaires sont là, mais il fallait mettre de la sauce autour et écrire du code. L’application est développée exclusivement sous android (je n’ai plus d’appareils sous iOS et de toute façon Apple représente aujourd’hui moins de 25% du marché des smartphones). Elle est actuellement en fin de développement (je l’espère du moins) et en phase de test préalable à un lancement commercial.